Instagram

Contemporary African Art Collection by Jean Pigozzi

HOME ARTISTS EXHIBITIONS NEWS PRESS BOOKS ABOUT US LINKS HD GALLERY CONTACT

Barthélémy Toguo: «La célébration de la vie retrouvée après le déluge» - RFI
Par Grégoire Sauvage


L'affiche (détail) de l'exposition « Déluge » de Barthélémy Toguo au Carré Saint-Anne, à Montpellier.
DR


De la destruction à la résurrection. Barthélémy Toguo, la star camerounaise de l’art contemporain, présente jusqu’au 6 novembre « Déluge », une douzaine de peintures tandis que sont disposés au sol 54 cercueils. Une exposition au Carré Saint-Anne de Montpellier où l’artiste nous livre sa vision des déluges qui s’abattent sur le monde d’aujourd’hui. Entretien.

RFI : On est ici au Carré Saint-Anne, une église néogothique désacralisée dans les années 1980. Travailler dans une église, est-ce que cela a un sens particulier pour vous, notamment quand on fait une exposition qui s’appelle Déluge ?

Barthélémy Toguo :
Oui, c’est vrai. Le titre a une connotation biblique. Le déluge dans la Bible, c’est par rapport à tous les maux que l’être humain a commis. Et à la fin de ces maux, il y a un déluge par le feu, un déluge par l’eau. Et c’est le titre que j’ai voulu donner à cette exposition ici à Montpellier. Je suis Camerounais, je vis à Paris, je voyage dans le monde entier, et je suis très attentif à beaucoup de choses qui se passent aujourd’hui dans notre société : les attentats, les guerres ici par-là, le changement climatique. Nous vivons dans une situation où beaucoup de choses négatives se passent. Je pars de la mort du petit Aylan qu’on retrouve mort…

Aylan, c’est ce petit enfant syrien qui avait été retrouvé sur une plage turque en septembre 2015 et dont la mort avait bouleversé l’Europe entière.

Surtout l’image de ce petit enfant allongé sur la plage. Mais derrière cette image que j’essaye de peindre d’une manière furtive, je mets des barbelés, parce que l’origine de la mort d’Aylan, c’est quoi ? C’est parce que des peuples partent dans des situations de désespoir, de souffrance et veulent trouver un eldorado, veulent avoir une vie meilleure quelque part.

Quand on entre dans l’exposition, on est évidemment frappé par ces 54 cercueils. C’est une œuvre que vous aviez déjà présentée en 2011, mais pas de la même manière. Là encore, j’imagine que le faire dans une église, c’est complètement différent ?

Oui, je tenais à le montrer ici. Cette œuvre a été créée à Bafoussam par des menuisiers, transportée d’abord à Bandjoun, à l’ouest du Cameroun où je vis, et puis à Paris. J’ai voulu les réintroduire dans cette exposition, parce que ces 54 cercueils représentent une situation dramatique dans laquelle les Africains vivent au quotidien aujourd’hui. Du coup, j’ai décidé [...]

Read More


Barthélémy Toguo: «La célébration de la vie retrouvée après le déluge» - RFI - Press Review - © 2010-2017 The Contemporary African Art Collection - Contact Caacart - Seydou Keita Photographer, the official website, new, click here