Instagram

Contemporary African Art Collection by Jean Pigozzi

HOME ARTISTS EXHIBITIONS NEWS PRESS BOOKS ABOUT US LINKS HD GALLERY CONTACT

Japancongo, le Japon en rectiligne et le Congo en courbe - Par José Marinho, RFI
Japancongo au Centre national d’art contemporain Le Magasin, à Grenoble, est une drôle d’exposition. L’artiste invité, l’Allemand Carsten Höller, y organise un dialogue et une confrontation entre 130 œuvres congolaises et 225 œuvres japonaises. C’est une petite partie de la collection Jean Pigozzi qui possède la plus grande collection d’art africain contemporain (10 000 œuvres), mais aussi une collection d’art japonais. Entretien avec Yves Aupetitallot, le directeur du Magasin, le Centre national d'art contemporain de Grenoble et commissaire général de l’exposition.


Double regard de Carsten Höller sur la collection de Jean Pigozzi.
Photo: Blaise Adilon


RFI : Pourquoi faire une exposition qui fait rencontrer deux extrêmes dans l’art : le Japon et le Congo ?

Yves Aupetitallot :
Géographiquement, les artistes japonais et congolais sont très loin l’un de l’autre. Mais en les rassemblant, en les confrontant, une question se pose : est-ce qu’il n’y aurait pas quelque chose de commun, de proche, qui permettrait finalement de définir : l’art, il est où ? C’est une question passionnante.

RFI : Il y a une réponse ?

Y.A. :
Je crois qu’il n’y en a pas une, il y en a plusieurs. Du point de vue de Carsten Höller, il est sûr qu’il y a des choses qui sont communes. Dans l’exposition il a construit une structure en courbe et une structure droite. A un moment, la courbe est très loin de la droite. Au centre de cette courbe, on est très proche de la droite. La réponse est de cet ordre-là, il y a des choses qui sont absolument congolaise, il y a des choses qui sont absolument japonaises et il y a des choses qui sont entre les deux : le rapport aux choses qui sont autour de nous, la manière dont on les représente, la manière dont on en parle. Par exemple, l’influence de la bande dessinée. Quand on pense Japon, tout le monde pense manga. On ne penserait pas bande dessinée pour le Congo et pourtant, la bande dessinée a joué un rôle important. Chéri Samba, qui est l’un des artistes congolais majeurs, a commencé par la bande dessinée. Cela on voit. Et comme le disent Carsten Höller, le photographe allemand et Jean Pigozzi, grand collectionneur d’art africain : « l’art, c’est une expérience individuelle».

RFI : Les thématiques abordées par les artistes du Congo sont les mêmes que celles abordées par les Japonais ?

Y.A. :
Il y a évidemment des différences importantes notamment pour la génération des artistes qu’on dit les artistes populaires. Les trois principaux étant Moké, Pierre Bodo et Chéri Samba. Ce sont des artistes qui vivent à Kinshasa et qui sont extrêmement attentifs à la société kinoise de leur époque. Ils s’intéressent à la vie de tous les jours, à la vie des gens dans la rue, dans les bars. Ils s’intéressent à la vie politique. Moké par exemple fait des tableaux qui montrent tout simplement les cérémonies d’anniversaire pour l’indépendance. Il y a des tableaux presque drôles sur la présentation d’artistes contemporains européens ou nord-américains en Afrique. C’est très fort chez les artistes congolais, moins chez les artistes japonais qui sont dans un univers. Ils le disent quand même dans leur texte qu’ils ont écrit pour l’exposition. Ils partent finalement tous d’une expérience personnelle et font en sorte que cette expérience soit partagée par tous. Mais c’est plus égocentrique et beaucoup moins attentif à la société qui les entoure.



Double regard de Carsten Höller sur la collection de Jean Pigozzi.
Photo: Blaise Adilon


Ecouter le reportage de José Marinho sur l'exposition "Japancongo" (05:16)
Reportage de José Marinho sur l'exposition "JapanCongo" by caaccollection

Télécharger le mp3 | Ecouter la chanson de fin

Japancongo, au Centre national d’art contemporain Le Magasin, à Grenoble, jusqu’au 24 avril. L’exposition sera présentée à l’été 2011 au Garage Center of Contemporary Culture de Moscou, puis à Milan en septembre 2011 dans la salle des cariatides du Palazzo Reale, qui abrite les expositions du Centre d’art contemporain.


Read More


Japancongo, le Japon en rectiligne et le Congo en courbe - Par José Marinho, RFI - Press Review - © 2010-2017 The Contemporary African Art Collection - Contact Caacart - Seydou Keita Photographer, the official website, new, click here